habitants,Finistère

Histoire de la commune.

 

Plourac'h, commune située aux confins des Côtes d'Armor et du Finistère possède une
église hors du commun que les pouvoirs publics ont jugée la classer monument historique le
29 janvier l9I2 tant pour son architecture que pour son riche mobilier.

La "Vox Populi" la dénomme "La Cathédrale de l'Argoat."

Ancienne paroisse bretonne primitive (ploe ou plou: nécessité d'encadrer d'emblée les
populations à peine christianisées, à une époque où il n'existait pas encore de structures
monastiques; rac'h peut être dérivé de gwrach signifiant tas, monticule.(n'oublions que le
bourg se trouve à 223 mètres d'altitude).

Plourac'h était dans l'évêché de Quimper jusqu'au
Concordat de 1801 et I'archidiaconé (partie d'un diocèse sous la juridiction d'un vicaire
général) de Carhaix, aujourd'hui dans le diocèse de Saint Brieuc-Tréguier. Sous I'ancien
régime Plourac'h faisait partie de la seigneurie de Carnoët. Ses fiefs, les plus importants
étaient Bourgerel, Guerneven, Coëtrescar et Kerdaniel.

En début I79O, elle élit sa première municipalité.


Après le recensement de 1876, elle adopte définitivement l'orthographe de Plourac'h.


- En novembre I7I9, le marquis de Pontcallec, en fuite après l'échec de sa conspiration,
se cacha chez le recteur au presbytère (tentative de soulèvement d'origine antifiscale
survenue en Bretagne en 1718-1720, au début de la Régence. Menée par une partie de
la petite noblesse bretonne)
.


- En 1790, pendant 2 ans, le presbytère sert de caserne à une garnison d'une vingtaine
de soldats, l'église et les dépendances servent d'écurie et de magasin à fourrage. De
nombreux dégâts seront faits au patrimoine cultuel et culturel (notamment les ifs
seront brûlés par les soldats pour leur usage et pour faire du salpêtre).


Le 30 août 1799, une colonne mobile de républicains guingampaise renforcée par une
soixantaine de volontaires venant principalement de Lohuec affrontent des
chouans dirigés par De Bar dit I'Invincible. Le combat voit la victoire des
révolutionnaires et cause la mort d'une dizaine de royalistes.

 

 

Avec l'aimable autorisation de Mr Jean Paul Rolland,

auteur de "Plourac'h 22".

Ouvrage eglise st jean baptiste

 

Ouvrage disponible à la Mairie

et chez Ti Melen.

 

 

Date de dernière mise à jour : 17/09/2022

Ajouter un commentaire